image

TITRE : PHIL MAZELOT 3 : MON BEAU TAPIN, ROI DEFLORE QUE J'AIME TON CARBURE
AUTEUR : THIEBAULT DE SAINT AMAND
ANNEE : 2016
EDITION : EDITION DU 38

 

 

 

 

 

 

 

RESUME

La troisième enquête de Phil Mazelot vous plonge dans un scandale politico-financier autour de l’aluminium… Théodule Tapin, riche industriel et député influent, est mort dans son lit.
Tout se complique quand Mazelot découvre les véritables raisons du décès du ventru de la Chambre. Qu’est-ce qui pèse le plus lourd ? Une touffe de poils ou une pièce de 30 Francs ?

MON AVIS

Mon beau Tapin, roi Défloré… que j’aime ton carbure est le troisième opus de Phil Mazelot de Thiébault de Saint Amand.

Théodule Tapin, roi de l’alu, est mort asphyxié.

Phil Mazelot, notre gentleman cabrioleur décide de mener son enquête sur ce bien étrange décès. Officieusement. Car du criminel, les policiers n’ont retrouvé qu’une touffe de poils coincés entre les dents du défunt.

Phil est amené à enquêter dans les hautes sphères politiques, car faute de n’être que le roi de l’alu, Dudule, comme il le surnomme, est aussi député et ami d’un certain De Ladraperie ; un type arrogant et grandiloquent dont les déviances sexuelles sont hautement répréhensibles. Ce dernier guidera le héros sur la piste d’une fameuse pièce de monnaie (une pièce de 30 Frs) fabriqué par le défunt. La disparition de cette pièce poussera Mazelot à aller plus loin et il découvrira l’existence d’un réseau visant à faire chanter les politiques grâce à des photographies compromettantes. Tout ceci orchestré par une certaine Geneviève. De fil en aiguille, les voiles tomberont mettant en place toute la machination.

Pas de Mazelot, sans Francis Moutier, dit Ciscis, qui a quitté le 36 pour se mettre à son compte. Même si les affaires ne sont pas florissantes, le voici à présent détective privé.  Et comme on ne change pas une équipe qui gagne, ce dernier est toujours la victime de Phil qui ne se prive pas pour utiliser son réseau d’informateurs et le repousser dans ses retranchements de temps à autres.

On retrouve également Naudine Vaussepiot et Mama Elisa dont on a fait connaissance dans le tome 1 (chronique ici).Pour courronner le tout, on tremble au QG du Père Tranquille, la sécurité du groupe est en danger. Renouel, le commandant des opérations, demande certains changements pour le futur et c'est à Mazelot de s'en charger, à son grand désarroi.

Coté bagatelle, on ne peut pas dire que notre charmeur soit non plus comblé. Le pauvre ne rencontre que des femmes peu appétissantes quand il doit y mettre du sien, c’est pour la Patrie qu’il retrousse les manches.

J’avais hâte de retrouver tout ce beau monde pour cette troisième enquête. On sent de plus en plus l’éminence des conflits qui fait de ce tome un opus transitoire. D’ailleurs, cela se ressent sur l’humour du tome car oui, on rit un peu moins. Pourtant, certaines situations restent incongrues et nous font rire. Disons que comparé aux fous rires que j’ai pu avoir dans les deux premiers tomes, il n’y a pas d’équivalent. Cependant il y a de très intéressantes joutes verbales (principalement entre De Ladraperie et Mazelot) !

Ce troisième opus est empreint d’une certaine nostalgie qui s’en ressent même dans les chansons.

C’est une enquête compliquée que nous livre ici Thiébault de Saint Amand car règne ici l’odeur du scandale politico-financier dont la tête pensante est une femme. Et à ce jeu, Phil risque gros.

Comme toujours, ce fut pour moi un bon moment de lecture même si j’ai parfois été perdue dans la direction que l’auteur a pris, mais à la fin tout s'éclaire comme par magie. J’ai hâte de découvrir ce que nous réserve la prochaine aventure.